Comment reconnaitre les fake news ?

Curieux et cultivé, vous faites partie de ceux qui utilisent internet pour s’informer. Malheureusement, votre soif d’apprendre est souvent parasitée par les fake news, ces nouvelles qui font le buzz, mais qui au final, s’avèrent être de fausses informations.

On vous montre les astuces pour ne plus vous faire prendre.

Un phénomène polluant

Pour pouvoir véhiculer de bonnes informations à vos proches pendant vos discussions intellectuelles, apprenez à faire la part des choses et à déceler les vraies nouvelles des fausses. Ainsi, vous ne risquerez plus de partager des fake news à vos amis sur les réseaux sociaux et de participer à ce phénomène répréhensible que l’on appelle la désinformation.

L’objectif des fake news est justement de tromper les lecteurs par la propagation d’informations fausses ou dénaturées au point qu’elles ne correspondent plus en rien à la vérité. Malheureusement, elles présentent si bien les apparences de vraies nouvelles que les personnes crédules les prennent pour des vérités bibliques.

Certains spécialistes apparentent les fake news au mauvais journalisme en les mettant en parallèle avec les parodies et les satires.

Les apparences d’une vraie nouvelle

Si les fake news arrivent à duper de nombreuses personnes, c’est qu’ils sont élaborés de telle sorte que notre cerveau ait du mal à les différencier des vraies nouvelles. Pour ce faire, leurs rédacteurs tiennent compte de nombreux facteurs.

Dans notre monde moderne, le mensonge est devenu une vraie arme et mise souvent sur des faits que nombreux d’entre nous seraient prêt à croire parce qu’ils se rapprochent de nos propres opinions ou parce qu’ils convergent vers nos croyances personnelles.

Les psychologues parlent alors de biais de confirmation. Il en est ainsi lorsque les lecteurs adoptent le réflexe de délaisser les informations qui ne correspondent pas à leur propre conception des choses et de considérer comme véridiques celles qui s’en rapprochent et ce, sans procéder à aucune vérification.

Le réflexe à avoir

Pour ne plus se faire flouer par les fake news, il est essentiel de lire les textes au complet et de les analyser de manière neutre avant de conclure à leur véracité. L’impulsivité constitue la pire réaction à avoir face aux informations qui nous sont relayées. Les spécialistes ont tendance à dire qu’elle nous vient de nos comportements sur les réseaux sociaux.

Lorsque les nouvelles sont de nature à nous susciter des émotions fortes, on se doit plus que jamais de faire appel à notre esprit critique.

On dit aussi que lorsqu’on est exposé de manière répétitive à de fausses informations, on a tendance à renforcer notre croyance en leur fiabilité et ce, même si les faits qui nous permettent de réfuter nos premières conclusions nous sont présentés par la suite.

Avant de partager des informations, il est désormais obligatoire de les vérifier, car autrement, on s’apparente aux mauvais journalistes même si l’on ne fait que relayer.

Notre vigilance est d’autant plus sollicitée que les auteurs de ces fake news ne le font pas par simple malveillance, ils gagnent à véhiculer leurs idéologies tout en détruisant l’image de leurs opposants.

Il n’est pas rare qu’ils propagent de fausses nouvelles par amour de l’argent étant donné que leurs agissements peuvent parfois être des plus lucratifs surtout lorsque leurs nouvelles investissent dans le sensationnel.

Plus les internautes cliquent sur leur publication, plus ils récoltent des revenus publicitaires.

Dans la pratique, les plus grands créateurs de sites de fake news engrangent autour de 10 000 à 40 000 euros mensuels et ce, pour quelques écrits qui ne leur a même pas coûté plus d’une demi-heure de leur temps.

En se rendant compte de la somme énorme que les auteurs de fake news se font sur notre dos, on ne peut qu’être plus vigilant dans l’assimilation des informations que nous recevons sur le net.

 

Laisser un commentaire